Nyssaé : une marque de cosmétiques bio qui honore le savoir-faire des femmes marocaines

« Une huile d’argan pas comme les autres ». Telle est la promesse de Mouna, 30 ans, créatrice de la marque de cosmétiques bio et solidaire Nyssaé. Cette ingénieure de formation a tout quitté pour commercialiser une huile d’argan pure contrairement aux produits commercialisés en France. « J’ai vécu vingt ans au Maroc. A l’époque, j’utilisais l’huile d’argan pour soigner mes boutons, la varicelle, ou encore guérir mes cicatrices, mon eczéma. Mais à mon arrivée en France il y a dix ans, je ne parvenais plus à retrouver une huile d’argan de cette qualité », regrette-t-elle. Et pour cause, l’huile d’argan disponible sur le marché est coupée et modifiée afin de garantir aux industriels la meilleure rentabilité possible. « Ils ajoutent du parfum et on pense souvent que l’huile d’argan est grasse. Pourtant, quand elle est de qualité, elle est limite sèche. Le produit pénètre très rapidement dans la peau. Ça ne peut pas être gras », assure-t-elle.

C’est ce « ras-le-bol » de consommatrice qui l’a poussée à créer sa propre huile d’argan. Il aura fallu huit mois pour trouver le produit idéal qui pourra offrir aux femmes de nombreux bienfaits. Un produit sans aucun ajout ni modification. « Je ne rajoute rien du tout à l’huile, même pas de parfum. Elle est de première pression à froid et bio », nous dit-elle. Le circuit de commercialisation ? « L’huile est prélevée au Maroc à sa source puis arrive au laboratoire qui teste chacune des récoltes. Ensuite, le produit est mis en bouteille puis mis sur le marché ». Un produit de très bonne qualité qui permet alors aux consommateurs de l’utiliser pour tout besoin et ainsi limiter la surconsommation de cosmétiques. « Il est préférable d’utiliser un produit de très bonne qualité que dix », nous dit la jeune entrepreneuse.

Une marque écologique mais également solidaire. Avec sa marque, Mouna fait travailler une coopérative de 60 femmes rurales du sud-ouest du Maroc en honorant leur savoir-faire. « Nyssaé, c’est aussi un combat pour la femme rurale. J’avais envie d’aider les femmes dans l’ombre qui travaillent d’arrache-pied et qui n’ont pas une qualité de vie facile. Pourtant, elles s’accrochent. Ma marque est à destination de toutes les femmes : ces travailleuses, les consommatrices qui disposeront d’un produit de qualité et moi, la créatrice », nous explique celle qui a lâché son CDI il y a neuf mois pour se lancer dans cette aventure. Une ode à la femme que l’on retrouve même dans le nom de l’entreprise : Nyssaé voulant dire « femme » en arabe.

Une cagnotte a été lancée pour permettre à ce projet de voir le jour. Pour l’heure, plus de 5300 euros ont été collectés sur les 8000 requis pour l’ouverture du site internet. Les pré-commandes ont déjà commencé.

Publié par

Le premier média numérique consacré au #sport #fitness et basé sur l'#échange.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.