Nomade digital : ces six commandements à connaître avant de se lancer

Le télétravail. Un Graal pour la plupart des salariés contraints de travailler chaque jour dans un open space, adopté en masse par les entreprises depuis le milieu du 20ème siècle. Si ces espaces de travail ont été ré-aménagés au fur et à mesure du temps pour répondre aux besoins des collaborateurs, beaucoup aimeraient disposer de plus de liberté en travaillant de chez eux. Et certains ont carrément fait le choix de quitter le monde du salariat pour travailler à leur compte, en tant que nomade digital. Un lifestyle qui fait certes rêver mais qui comporte quelques spécificités à connaître avant de sauter le pas.

  • Te créer ton cocon partout sur terre, tu devras !

Nous avons interrogé Amina Sutter, coach en amour de soi, sur son nouveau mode de vie. La jeune femme diplômée d’un MBA en communication de luxe a tout quitté pour proposer des coachings en ligne. « Je suis d’origine suisse et je suis née à Lausanne. En ce moment, j’habite un peu nulle part, je n’ai pas d’adresse fixe », nous explique celle qui n’imaginait pas, il y a deux ans, mener cette vie. Son petit truc pour se sentir chez soi partout dans le monde ? « Il faut se créer des habitudes. Dès que tu t’installes dans un endroit, il faut faire tout le temps les mêmes choses. Être chez soi, c’est un sentiment de familiarité, c’est-à-dire, quand on commence à connaître le chemin pour rentrer chez soi par coeur, quand on a notre restaurant préféré et qu’on fait les mêmes choses aux mêmes heures », poursuit-elle. Un témoignage tout à fait approuvée par Christina Voll, une Canadienne de 24 ans. La jeune femme spécialisée dans le marketing numérique est nomade depuis ses 18 ans. Elle ne résume pas son « chez soi » à un lieu physique. « Lorsque je suis avec des gens que j’aime, que je pars en randonnée, surfer ou assister à un cours de yoga, je me sens plus à l’aise que dans n’importe quelle pièce. Pour moi, créer des souvenirs et créer une relation avec quelqu’un est ce qui constitue un cocon ».

  • Faire de nouvelles rencontres, tu apprendras !

Etre nomade digital, c’est aussi accepter que son cercle d’amis évolue sans arrêt. « Il faut accepter de t’attacher à des personnes et de les voir partir. Il faut toujours t’adapter à de nouvelles personnes, être loin de ta famille, de tes amis », constate Amina Sutter. « En tant que nomade depuis plusieurs années, je sais que les compromis portent avant tout sur les relations et la stabilité », confirme Christina Voll. « C’est difficile de maintenir des relations avec des gens que vous ne voyez pas souvent ».

  • Des doutes, tu auras !

Christina Voll affirme qu’être nomade la pousse parfois à douter de son mode de vie, même si elle a aujourd’hui trouvé une certaine stabilité. « Parfois, vous aurez l’impression que vous n’avez pas un travail légitime, vous penserez à vos amis qui sont à 5 000 km et à votre ancienne maison ».

  • La sécurité financière, tu oublieras !

Quand on se lance à son compte, qu’il s’agisse de bosser de chez toi ou de l’autre bout de la planète, on prend un certain risque financier. « Tu ne sais jamais combien tu vas gagner. Rien n’est jamais sûr, tout peut disparaitre du jour au lendemain. Ça peut convenir à certaines personnes alors que d’autres non », tranche Amina Sutter, qui se trouve quant à elle totalement « en paix » dans sa nouvelle vie. Christina Voll nuance les propos d’Amina : « Au début, quand je suis devenue DN, je pensais que quitter mon emploi de vendeuse bien rémunéré pour essayer de gagner de l’argent avec mon ordinateur allait être très difficile financièrement. Force est de constater que moins d’un an après ma démission, je gagnais autant ».

  • Avant de faire des enfants, tu réfléchiras !

Être nomade digital est donc risqué. Raison pour laquelle il faut bien réfléchir avant de fonder une famille dans ces conditions. « Je ne dis pas que ce n’est pas faisable mais, c’est mon avis, c’est bien d’avoir une certaine stabilité avec des enfants », juge Amina Sutter. De son côté, Christina Voll est en couple avec un homme avec lequel elle aimerait beaucoup s’installer à Malaga en Espagne. Tous deux attendent encore des documents pour leur demande de visa.

  • D’autodiscipline, tu feras preuve !

Quand on est nomade digital, on travaille pour soi. Ainsi, Christina Voll nous explique qu’il faut savoir soi-même se cadrer. « Ce travail nécessite beaucoup d’autodiscipline. Vous devez être capable de vous adapter au changement très rapidement. Vous devez adopter un état d’esprit dans lequel vous cherchez des solutions plutôt que de baisser les bras », explique-t-elle. Un état d’esprit qu’elle a réussi à acquérir au fil des années et dont elle se sert pour ses cours. « L’année dernière, j’ai commencé à enseigner des cours et à proposer des services de conseil pour devenir un nomade digital et démarrer son entreprise à partir de zéro. Je souhaite avant tout inspirer les nouvelles générations à vivre la vie dont elles ont toujours rêvé! », explique-t-elle, en se souvenant de son premier job, qu’elle a obtenu grâce à sa personnalité et non son CV et ses expériences. « Il faut toujours garder le moral », conclut-elle.

Amina Sutter à Bali (Indonésie)

Amina Sutter

Christina Voll

Publié par

Le premier média numérique consacré au #sport #fitness et basé sur l'#échange.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.